Après le succès de cette formation, donnée pour la première fois en mars 2023, Jacqueline Sigg et moi avons convenu de réitérer l’expérience tant la thématique nous semble essentielle !

 » Depuis ma jeunesse, je suis engagée, au sein d’une psychothérapie informée par le prisme de la justice sociale et la dignité, à répondre aux pratiques d’oppression et aux multiples formes de violence qui affectent l’identité des personnes au Mexique, depuis la colonisation. C’est ainsi qu’à partir de la thérapie narrative, de la théorie décoloniale et de l’art, j’ai décidé parallèlement, à ma pratique privée, de contribuer au renforcement des histoires de dignité et de justice sociale des personnes réfugiées et des femmes touchées par la violence. »

Jacqueline Sigg

La formation de deux jours s’articule autour des questions suivantes :

● Quelles questions thérapeutiques peuvent nous aider à accompagner les femmes à déterritorialiser leurs corps, leurs espaces et leurs identités de la violence de genre et des relations de pouvoir patriarcales ?
● Comment accompagner la migration des identités des femmes vers de nouveaux territoires loin de la violence, façonnées par leurs connaissances, leurs intentions, leurs rêves et leurs espoirs ?
● De quelle manière les cadres épistémologiques et méthodologiques des pratiques narratives et de l’art visuel s’entremêlent-ils en tant que proposition thérapeutique pour répondre aux expériences de violence de genre ?
● Quelle est la pertinence d’inclure une perspective intersectionnelle et décoloniale dans le travail avec la violence de genre ?
● Comment l’art et les histoires collaborent-ils pour renforcer les nouveaux territoires de résistance et d’initiative personnelle des femmes ?

Ces questions seront explorées à travers la présentation de quelques concepts théoriques, la participation active à divers exercices pratiques, la création artistique et l’exploration de quelques exemples cliniques. À la fin de l’atelier, vous disposerez d’outils thérapeutiques concrets à intégrer dans votre travail.


Formatrice : Jacqueline Sigg

Psychologue-psychothérapeute, superviseuse et enseignante (Mexique, États-Unis, Canada et Espagne), elle s’implique, depuis plus de 20 ans, dans le soutien aux personnes concernées par les violences de genre en y mêlant sa passion pour les arts visuels et la justice sociale.
Jacqueline a étudié la psychologie clinique à Mexico et possède une formation en psychothérapie psychanalytique, une spécialisation en art-thérapie clinique (Loyola Marymount University, Californie) et un master en thérapie narrative et travail communautaire (Université de Melbourne – Dulwich Centre, Australie). Actuellement, elle est doctorante à l’Université Blanquerna (Barcelone) en collaboration avec l’Institut Taos (USA).

Lieu : Lausanne (en présentiel), Place de la Riponne 1.
Dates : Vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024 (9h-17h)
Tarif standard : 460.-
Tarif réduit : 360.- (étudiant·x·es, stagiaires, en recherche d’emploi, budget serré)
Le paiement de la formation vous sera demandé pour valider l’inscription. Possibilité de payer en plusieurs fois.
Inscriptions par mail : jacquesigg *(at) gmail.com