Charlotte Crettenand & Rodolphe Soulignac – Thérapie Familiale – 2014

La manière officielle d’envisager le processus de deuil est contenue dans des phrases telles que : « il faut l’oublier », « tourner la page », « aller de l’avant », « dire au revoir »… Ces énoncés suggèrent que ce qui fait souffrir dans le deuil, c’est le trop d’appartenances, la difficulté à se détacher, à se libérer de ces liens qui nous font souffrir. La « psychologie populaire » nous apprend au contraire que beaucoup de gens font leur deuil en investissant une relation très forte avec la personne décédée. Ce qui les aide, c’est justement le maintien de l’appartenance et non pas sa dissolution. L’approche narrative envisage le processus de deuil comme une occasion de dire « bonjour à nouveau » plutôt qu’une obligation de dire « au revoir ».